République Arabe d’Egypte

 

Informations générales

République arabe d’Egypte (ARE) – le plus grand pays dans l’Orient arabe. Situé au nord-est de l’Afrique et certaines régions d’Asie (du Sinaï). Il partage des frontières avec Israël, le territoire de l’Autorité nationale palestinienne (Gaza), le Soudan et la Libye. Sur le territoire de l’Egypte il y a le canal de Suez (173 km) – la route maritime la plus court de la Méditerranée à l’océan Indien.

Le territoire – plus de 1 millions de kilomètres carrés, dont moins de 6% (delta et la vallée du Nil et la bande de bord de mer étroit), le reste couvert par le désert.

Administrativement, le pays est divisé en 26 provinces (gouvernorats), et une unité spéciale territoriale – g.Luksor.
Population est de 76,6 millions de personnes (recensement 2006). Parmi eux, 5 millions sont sans cesse travaillé à l’étranger. Taux de croissance de la population est de 2,1% par an (officieusement – 2,5%). La composition ethnique de l’homogène: en fait, les Egyptiens (arabisés les descendants des anciens Egyptiens) représentent 98% de la population, d’autres : les Nubiens, les Berbères, etc. Principales confessions : musulmans sunnites (90%), les Coptes chrétiens (moins de 10%). Abrite également grecs orthodoxes, protestants. la densité de peuplement est très élevé 1,5-2 mille par km carré. Capital : Le Caire (avec la banlieue environ 20 millions de personnes.).

 

Politique.

Egypte est une république présidentielle. Comme la Constitution du pays du président – le chef de l’Etat a le pouvoir exécutif, la durée est de 6 ans. Depuis Octobre 1981, le Président de l’Egypte – Hosni Moubarak (en Septembre 2005 re-élection à la présidence pour la cinquième fois).

Le plus haut organe législatif : l’Assemblée du peuple (454 députés, dont 10 sont nommés par le président). Terme est 5 ans. La composition actuelle élu en Décembre 2005, le Président – Ahmad Fathi Sourour.
Le Conseil des ministres (gouvernement) est le plus haut organe exécutif et administratif. sa tête est nommé par le Président, le Premier ministre (depuis Juillet 2004 – Ahmed Nazif). Les membres du Cabinet ont une double responsabilité – au Parlement et au chef de l’Etat. Les ministres de l’unité de puissance qui relève directement du président.
Fête nationale: Juillet 23 – Jour de la Révolution (1952).

 

Parti.

Le pays dispose d’un système multipartite, 21 partis politiques enregistrés. Le plus important- le Parti national démocratique (fondée en 1978), président – Le président Moubarak. Il compte 311 sièges au parlement sur 454. Parmi les partis qui ont une certaine influence dans la vie politique- le Wafd Nouveau, le Progressive National (à gauche), le parti, Naseriya Parti démocratique arabe. Le reste du spectre politique légale est représentée par soit endormie ou naine associations. Tous influence visiblement en Egypte. Officiellement interdit, l’Association des Frères musulmans (fondée en 1928), qui a la deuxième plus grande représentation au Parlement – 88 députés (20%), comme indépendant.

 

Économie.

L’Egypte est l’un des pays les plus développés, selon les normes du Moyen-Orient et en Afrique, et les systèmes économiques, sur la base il y a la régulation étatique. Cependant, il ya des réformes visant à libéraliser l’économie, la création d’une économie de marché tout en préservant la gestion centrale «flottante» de subventionner les pauvres.

PIB en l’exercice 2007/2008 s’élève à 169 milliards de dollars (en l’exercice 2006/2007 : 135 milliards de dollars), la croissance est de 25,2% (en fait 7,2%). La structure du PIB dans les industries manufacturières comptaient pour 44% (y compris l’agriculture de 13,5%, l’exploitation minière et l’industrie manufacturière de 14,2 et 16,3, respectivement), le domaine de la distribution des fonds et des services est 56% (notamment sur le tourisme avec 11,3%). 62% des comptes du PIB pour le secteur privé.

La population active est de 23,6 millions de personnes. Le nombre de taux de chômage officiel est de 8%, selon les estimations de la Banque mondiale chômage atteint jusqu’à 30% de la population économiquement active.

L’Etat avec la participation du secteur privé met en œuvre un certain nombre de grandes mégaprojets (le programme “New Valley” à l’ouest du barrage d’Assouan, la création de zones économiques de la côte nord-ouest du golfe de Suez, le développement de la péninsule du Sinaï, etc.) Développement rapide du secteur pétrolier et du gaz, qui représente la majorité des investissements étrangers.

L’économie égyptienne dépend largement de l’aide étrangère, qui en 2008 s’élevait à 3 milliards de dollars (au niveau des années précédentes). Le principal bailleur de fonds: Etats-Unis (2 milliards de dollars, dont 1,6 milliards de dollars pour les militaires et 375 millions de dollars est une aide économique, la taille d’une campagne est réduite de 40 millions par an).

 

Agriculture.

La base de l’industrie des plantes (environ 2 / 3 du volume). L’agriculture irriguée de 98% due à des eaux du Nil. Les conditions climatiques permettent de recueillir deux récoltes par an. la culture agricole ne doit pas dépasser 4% du territoire de l’Egypte, la quasi-totalité d’entre eux sont privés. La propre production de l’Egypte ne fournit pas plus de 40% des besoins alimentaires. Les principales cultures : coton, riz, orge, maïs et légumes.

 

Industrie.

Chef de file de l’industrie sont le pétrole et gaz, la transformation, la transformation des aliments, le textile et les industries métallurgiques. Plus récemment, le développement de matériel de transport (assemblage de voitures et les autobus), et les industries de consommation.

Industrie pétrolière et gazière: les réserves de pétrole environ 570 millions de tonnes, la production est de 35 millions de tonnes; réserves de gaz prospectées 2,15 milliards de dollars. la capacité production est de 52 milliards de mètres cubes.

Active de développement du tourisme. En 2008, l’Egypte, selon les chiffres officiels, a été visité par environ 13 millions de touristes étrangers (en 2007 – 11 millions). Les revenus de leur résidence s’élève à 11,6 milliards de dollars (en 2007 est de 9,4 milliards de dollars). Hospitality Fund – environ 200 milliers de numéros. Il y a une forme active de zones de loisirs.

 

Finances.

L’Égypte a un système bancaire développé. Il ya 38 banques nationales (y compris les 3 – État et commerciale) et plus de 10 succursales de banques étrangères. Pourvu convertibilité interne de la livre égyptienne, en Février 2003 est un taux de change flottant par rapport aux principales monnaies mondiales. Taux de change (au Décembre 2008) – 5,5 ER. Q. $ 1: L’inflation dans l’année financière 2007-2008 était, selon les chiffres officiels, 22% (chiffre le plus élevé depuis 1992). Budget de l’Etat pour l’exercice 2008-2009: le revenu – 50,3 milliards de dollars, les dépenses – 62,5 milliards de dollars; déficit de 12,2 milliards de dollars (7,2% du PIB). Dette intérieure est de 113 milliards de dollars, externes est de 33,9 milliards, réserves d’or est 35 milliards de dollars (2007 – 31 milliards). Les principales sources de recettes en devises: les exportations d’hydrocarbures – 10,1 milliards de dollars, le tourisme – 13 milliards de dollars, les recettes du Canal de Suez – 5,5 milliards de dollars, les envois de fonds des Egyptiens travaillant à l’étranger – jusqu’à 5 milliards de dollars.

L’Egypte a un chiffre d’affaires du commerce extérieure chronique. Dans l’exercice 2006-2007 Il a fait 82,2 milliards de dollars, y compris l’exportation 29,4 milliards de dollars, l’importation 52,8 milliards de déficit 23,4 milliards principaux partenaires commerciaux étrangers Italie, Allemagne, USA, France. Principales exportations les hydrocarbures (43,8%), les produits métallurgiques (8,5%), agriculture (2%), textiles (3%), coton (2%). Dans les importations, dominées par les matières premières et produits semi-finis (plus de 30%) et de la nourriture (surtout des grains). Egypte est membres Organisation mondiale du commerce (depuis 1995).

 

La situation interne.

Au cœur de la politique intérieure de l’ARE, il y a la politique de maintien de la stabilité dans le pays, le maintien de la paix inter-religieux, la suppression des activités d’organisations extrémistes (dans les dernières années, ils ont mené plusieurs attaques contre les étrangers). Depuis 1981 – Les islamistes après l’assassinat du président Sadate A. en Egypte, l’état d’urgence (renouvelé tous les trois ans). Dans le même temps de prendre des mesures visant à libéraliser la vie politique, l’expansion des activités sur le terrain des institutions de la société civile, le développement d’un système multipartite. En Septembre 2005, qui s’est tenue en Egypte prochaine élection présidentielle, qui a eu lieu sur une autre base (précédemment désigné pour le poste de chef de l’Etat a officiellement approuvé lors d’un référendum sur la proposition d’au moins 2 / 3 du Parlement). Comme prévu, la confiance est gagné par Moubarak, laissant derrière lui une grande partie de leurs «rivaux». Lors des élections législatives en Novembre-Décembre 2005, une victoire, bien que moins convaincant, a été remporté par le Parti national démocratique (PDP), avec environ 70% des voix. Réveil matin aux autorités a été la réception d’une interdiction formelle de la Fraternité musulmane (désignés comme indépendants) 20% des sièges à l’Assemblée nationale.

Les réformes libérales ont été reflétées dans les amendements adoptés à la Constitution de l’ARE lancée par le NPD en Mars 2007, un référendum populaire.

 

La politique étrangère.

Le Caire a une diplomatie active multi vectorielle, correspondant à sa situation comme un pays clé dans le monde arabe. Toutefois, il s’oppose fermement à des exigences de puissance et les doubles standards dans les relations internationales, les interférences, y compris sous des prétextes humanitaires, dans les affaires intérieures des États souverains. La priorité la plus importante de la politique étrangère règlement des conflits au Moyen-Orient. L’Egypte est pour une solution juste et globale au conflit arabo-israélien fondé sur les résolutions pertinentes des Nations Unies et l’initiative de paix arabe. Dans ce contexte, l’Egypt coordonne leurs actions avec les parties arabes, ainsi que des médiateurs internationaux – Etats-Unis, la Russie et l’UE. Une grande attention est accordée au Caire processus politique en Irak du point de vue de préserver sa stabilité, l’intégrité territoriale et l’identité arabe. Le même objectif a du Caire et de la direction du Soudan, qui est son immédiate “arrière stratégique”.

ARE – membres de la Ligue arabe (dont le siège social au Caire), l’Union africaine, l’OCI, le Mouvement des pays non alignés. Depuis 1995, participe au processus de Barcelone. Le Caire est un partenaire de l’OSCE, l’OTAN a engagé un dialogue avec les pays du sud de la Méditerranée. En Juin 2004, l’Egypte est devenue membre associé de l’Union européenne.

Le Caire est en faveur de la coopération internationale dans le domaine de la lutte contre le terrorisme, a appuyé la convocation de la conférence internationale parrainée par l’ONU de haut niveau contre le terrorisme.

 

Mis à jour (Vendredi, 13 Août 2010 10:33)